Maîtrise de la langue française

Accueil > [Pédagogie] > Maîtrise de la langue française > Espace départemental premier degré

Grammaire - Le genre

« Le genre étant une propriété lexicale des noms, le nom a un genre en langue, […]. En réalité le genre du nom a une double origine : soit il est fixé en langue, et les dictionnaires l’indiquent ; soit, au contraire, il dépend de la situation et du contexte, et il doit être spécifié lors de la mise en discours. Cette différence est importante pour l’orthographe : soit on récupère le genre dans la mémoire lexicale, soit on doit le déterminer en fonction du référent.
Pour connaître le genre des noms, il suffit de grandir avec eux, c’est-à-dire d’apprendre le français en milieu naturel. En apprenant à parler, l’enfant construit en effet deux ensembles de noms, ceux qui sont masculins et ceux qui sont féminins. Il tire cette information principalement des déterminants, puisqu'un nom a besoin d’un déterminant pour constituer un groupe nominal ; il peut aussi tirer partie des autres mots variables en genre en rapport avec les noms, puisque le genre du nom s’y manifeste par l’accord. »

Danièle Cogis - Pour enseigner et apprendre l’orthographe
Nouveaux enjeux. Pratiques nouvelles école/collège
Ed. Delagrave pédagogie et formation - 2005

Parti pris adopté par le groupe de travail

Le groupe a pris le parti de traiter la notion de genre séparée de la notion de nombre.
Le nombre, en effet, entraîne des modifications sur toute la phrase (Le petit chat dort sur le lit/Les petits chats dorment sur le lit.). Un travail simultané du genre et du nombre entraînerait une confusion des notions notamment en ce qui concerne le statut du « s » associé au pluriel des noms. En effet, très souvent, les élèves associent par erreur le « s » au pluriel des verbes.
Le genre a des incidences directes sur le groupe nominal (La gentille fille/ le gentil garçon).
L’élève peut alors en repérant le déterminant ou en s’appuyant sur les accords déduire le genre du nom. Mais en absence de déterminant, certains mots n’ont pas un genre bien connu de l’élève (exemple pétale). De plus, le genre peut ne pas apparaître distinctement comme dans les groupes prépositionnels (les murs de pierre) ou encore le genre peut être masqué par l’article élidé l’ (l’arbre) ou par la présence d’un déterminant pluriel (des toits, des saisons).

Le genre féminin est celui qui va porter assez souvent des marques morphologiques voire phonologiques : le genre féminin va sonoriser la consonne finale alors qu’au genre masculin cette consonne est inaudible, un prix bas/ une voix basse.
(Le rôle du e est très complexe et méritera une réflexion particulière.)

Textes de référence

Compétences socle commun palier 1

Pilier 1 : Maîtrise de la langue française

Les compétences développées sur la notion de genre prendront tout leur sens dans des situations de production d’écrit et de lecture compréhension.

Progression en cycle 2 : la notion de genre
 

Ainsi, la nécessité du déterminant pour connaître le genre apparaît.

Pistes pédagogiques

retour en haut de page

© Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Val-de-Marne - mise à jour 09/10/2009

Contacts | Mentions légales | Accessibilité | Plan du site
Académie de Créteil - MENESR