Maîtrise de la langue française

Accueil > [Pédagogie] > Maîtrise de la langue française > Espace départemental premier degré

Grammaire -Étude de la langue au cycle 2

Organiser l’apprentissage de l’étude de la langue au C2

Dans les programmes de 2008, l’apprentissage de l’étude de la langue est lié à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Les compétences de fin de niveaux sont définies.

Voir le tableau de la progressivité des apprentissages des notions de « grammaire » de la maternelle au CM2.

L’étude de la langue est un outil au service de la compréhension et de l’écriture. Cet outil doit être compris par les élèves, ce qui implique une approche explicite des situations d’apprentissage.

L’étude de la langue soutient le travail de la compréhension :
 

Syntaxe (grammaire de phrase) Compétences en lecture et en écriture
  • Ponctuation
  • Types de phrases
  • Mots de liaison
  • Substituts grammaticaux (approche du pronom)
  • Adjectif
  • Approche de l’adverbe
  • Axe du temps
  • Structurer le texte
  • Suggérer les émotions et les sentiments sous-jacents
  • Identifier la logique et la chronologie du texte
  • Être capable de comprendre et d’utiliser ce qui se cache derrière un nom, un pronom, un groupe nominal.
  • Décrire ou définir à l’aide de l’adjectif qualificatif
    un pays accueillant/un pays européen
  • Modifier les différents degrés du verbe et de l’adjectif
  • Identifier les circonstances temporelles et la chronologie du texte

Ce qui est essentiel dans l’apprentissage de la grammaire en fin de cycle

Certaines compétences sont essentielles à la compréhension de la suite des apprentissages (approche des concepts).
Les apprentissages de cycle 3 doivent s’appuyer sur des bases conceptuelles solides et non sur des savoir-faire superficiels :

Apprentissage méthodique et progressif des « outils de la langue »

L’élève doit acquérir des méthodes d’apprentissage et en comprendre l’intérêt dans la compréhension et dans la production d’écrits.
L’acquisition et la mémorisation progressive des notions et des règles se construiront dans le parcours de l’élève.

L’élève de cycle 2 doit donc se familiariser avec ces notions et leur donner du sens.

L’enseignant doit s’appuyer sur les compétences déclinées par les IO, s’en tenir à ce que les programmes demandent (quantité / qualité).
Exemple : dans les programmes, l’identification du verbe et du sujet inversé n’intervient ni au C2, ni au CE2, ni au CM1. Il est donc inutile de mettre les élèves en difficulté sur cette compétence. En revanche, la relation sujet / verbe doit être maîtrisée à la fin du cycle 2, dans la phrase simple uniquement.
 
Voir le tableau de la progressivité des apprentissages des notions de « grammaire » de la maternelle au CM2.

Ce tableau permet de définir les « tâches » de chaque niveau et de comprendre la progressivité par notion.
L’étude de la première page (phrase) montre un programme adapté au C2. L’important n’est pas la quantité de notion abordée mais la manière dont l’élève se l’approprie.
Chaque terme utilisé (repérer, justifier, connaître, appliquer…) indique la progressivité des compétences à acquérir.
Exemple : les genres et nombres :

Les pratiques

Pour qu’il y ait familiarisation, la maîtrise de la langue ne peut se conquérir qu’à travers une pratique assidue et un entraînement quotidien.
Quelles sont les modalités de pratique en classe ?

D’après Renée Léon, dans Enseigner la grammaire et le vocabulaire à l’école : pourquoi ? comment ? - Hachette Éducation, 2008 :

1/ Une grammaire pour réfléchir
Son objectif est de doter les élèves des compétences nécessaires pour étayer les aides à la lecture et à l’écriture :

La maîtrise de la langue passe par un entraînement journalier. C’est ainsi que « des ateliers langue » doivent trouver leur place dans l’emploi du temps de la classe.
Définition des « ateliers langue » que l’on peut pratiquer sous forme de rituels :
C’est par une pratique assidue et régulière que les élèves peuvent s’approprier des savoirs aussi complexes que les classes de mots, les valeurs du temps… La mise en place d’ateliers langue met l’élève en recherche active (mobilisation de ses facultés). C’est une activité qui doit être :

2/ Une grammaire pour dire et écrire
Il s’agit d’établir aux yeux de l’élève une relation vivante entre la grammaire et l’expression écrite.
L’objectif essentiel du travail est de faire construire des outils que les élèves devront prendre l’habitude de consulter et d’utiliser.
Des aides diversifiées :

Il s’agit ainsi, dès le CP, de multiplier les rencontres et de laisser des traces : rôle de l’affichage, collecte des informations et des remarques (ex : je fais / il fait ; les mots qui prennent un -x au pluriel…) pour développer la notion de corpus.

Pour donner du sens aux apprentissages, dès le CP, l’étayage de l’enseignant va aider les élèves à prendre conscience des liens entre les outils de la langue et le lire/écrire. Chaque notion doit être systématiquement mise en lien avec l’apprentissage de la compréhension et de l’écriture :


 

Comment construire une progression ?

(propositions de travail du groupe départemental)

Bibliographie :

 

retour en haut de page

© Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Val-de-Marne - mise à jour 25/06/2010

Contacts | Mentions légales | Accessibilité | Plan du site
Académie de Créteil - MENESR