Dsden du Val-de-Marne – Zoom sur...

Accueil > Zoom sur...

L’histoire de Zysmann Wenig est celle de la réalité des camps nazis

 

 

 

Zysmann WenigLe vendredi 19 mai 2017, les élèves des deux classes de CM2 de l’école Diderot à Saint Maur-des-Fossés, sont réunis pour écouter le témoignage de Michel Wenig. Il est venu raconter l’histoire de son père, Zysmann, juif polonais, déporté dans le camp de concentration d’Auschwitz, lors de la Seconde Guerre mondiale.

Couverture du DVD « Je reviendrai » Un film sorti en DVD en 2015 intitulé « Je reviendrai », a été réalisé sur ce parcours de vie. Dans les extraits projetés aux élèves, on suit Zysmann Wenig, notamment accompagné de Michel, dans les allées du camp où il a survécu durant trois ans. On le voit se rendre au pied du mur des fusillés où des milliers de ses camarades ont été exécutés. Il montre le bâtiment des expériences médicales et celui où il vivait. Il explique qu’ils dormaient à quatre, tête bêche, dans un lit de 80 cm de large. Une fois par jour, leur étaient servis de l’eau chaude et du pain. Au retour, il ne pesait que 37 kg. Il a évité trois sélections pour la mort et explique qu’il vivait au jour le jour, endurci déjà par son enfance miséreuse. En effet, on voit Zysmann Wenig revenir sur les lieux de ses premières années en Pologne. Il habitait avec toute sa famille dans une seule pièce au sous-sol d’un immeuble en mauvais état et y travaillait comme tailleur avec son père, dès l’âge de 8 ans.

A 17 ans, il quitte la Pologne, fuyant l’antisémitisme pour rejoindre la France, patrie des Droits de l’Homme. Il y fonde sa famille. En 1941, il est arrêté par la police française de Vichy parce que juif étranger, et enfermé au camp de Pithiviers durant plus d’un an avant d’être transféré au camp d’Auschwitz. Après avoir survécu à trois ans d’internement et à la Marche de la mort, il retrouve miraculeusement son épouse et ses enfants qui avaient été cachés. Mais de nombreuses personnes de sa famille - dont de jeunes enfants - ont péri en camp de concentration.

Michel Wenig à l’école Diderot à Saint-Maur-des-FossésLe film terminé, Michel Wenig répond aux questions des élèves, avec pudeur : « Pourquoi ils arrêtaient les enfants ? », « Quelles expériences médicales pratiquaient les nazis ? » « Est-ce que votre père a eu le syndrome du survivant ?». Il rappelle qu’en France, ce sont 76 000 juifs qui ont été déportés : seulement 2 555 sont revenus. Il n’oublie pas d’évoquer les 25 000 Justes parmi les nations qui ont sauvé des centaines de milliers de personnes et le jugement des criminels nazis au procès de Nuremberg.

Comme son père, à présent décédé, Michel Wenig tient à témoigner auprès des élèves de l’extermination des juifs, mais aussi des homosexuels et des tziganes, pour ne pas oublier que cela a eu lieu. « Ce n’est pas impossible que ça se reproduise, ça dépend de ce que vous direz, de ce que vous ferez », répond-il à un élève qui lui demande s’il a peur que cela se répète.

En fin d’année scolaire, ce sont treize classes de CM2 de sept écoles de Saint Maur-des-Fossés qui ont pu bénéficier de ce témoignage essentiel.

 

 

© Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Val-de-Marne - mise à jour 28/06/2017

Contacts | Mentions légales | Accessibilité | Plan du site
Académie de Créteil - MENESR